Sénégal: ARTICLE 19 ET ONG-3D PROGRAMME SUNU ELECTION

Un Agenda pour les Droits Humains: Prioriser la liberté d’expression et l’accès à l’information et assurer l’indépendance des organes de régulation

Sénégal: Election Présidentielle 2019

 

Dakar( le 15/02/2019) ARTICLE 19 et l’ONG-3D organisent avec le soutien de USAID et du SIDA,  une rencontre d’échange le Jeudi 21 Février 2019 de 15H à 18H  au Good Rade sur le thème: Présidentielle au Sénégal, un agenda pour les Droits Humains.

Le Sénégal s’est engagé à mettre en œuvre un certain nombre de recommandations formulées lors de l’Examen Périodique Universel (EPU) de 2009 et de 2013, notamment la réforme de la loi qui régit le Comité Sénégalais des Droits de l’Homme (CSDH) pour assurer son indépendance et son autonomie et lui redonner son statut A qu’il a été perdu du fait de son manque d’indépendance et d’autonomie organique et fonctionnelle. Il lui a été recommandé d’abroger entre autres les peines privatives de liberté pour les délits de presse, renforcer l’indépendance de la justice et des organes de régulation, et de faciliter l’accès à l’information et garantir la liberté d’expression, de manifestation et de rassemblement.

Les insuffisances du cadre juridique de la liberté d’expression, notamment la question de l’indépendance et l’autonomie des institutions de surveillance des droits humains et de lutte contre la corruption, à savoir le Comité Sénégalais des Droits de l’Homme (CSDH), et le Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA), l’Office National de lutte contre la fraude et la Corruption (OFNAC) et les menaces récurrentes sur la liberté de la presse, la sécurité des journalistes et la liberté de rassemblement et manifestation demeurent.

Le Sénégal a récemment présenté son 3ème rapport  au Conseil des Droits de l’Homme du 5 au 9 Novembre 2018. De nombreuses recommandations ont été réitérées à l’issu de ce troisième passage devant le groupe de travail sur l’Examen périodique universel. L’examen de ces recommandations  révèle la récurrence des préoccupations sur l’indépendance des institutions depuis les sessions de 2009 ainsi que sur la création d’un espace de promotion des libertés notamment la liberté d’expression.

 En cette veille de l’élection majeure, il est important pour la société civile et les citoyens de se mobiliser afin d’engager les candidats à l’élection présidentielle du 24 février à faire de la question des droits humains et la liberté d’expression une priorité. De s’engager à mener et de soutenir les réformes structurelles nécessaires pour permettre au Sénégal de renouer avec l’agenda des droits humains, notamment la mise en œuvre effective des engagements pris devant les mécanismes Africains et internationaux de protection des droits humains.

Nous vous remercions de bien vouloir confirmer votre présence au plus tard le Mercredi 20 février 2019 auprès de Aida Samba : adminsn@article19.org ou de Aissatou Dieng: aissatou@article19.org

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*