Déclaration commune sur l’indépendance et la diversité des médias à l’ère numérique

À l’approche de la Journée mondiale de la liberté de la presse, les quatre Rapporteurs spéciaux internationaux sur la liberté d’expression ont publié leur Déclaration commune de 2018 sur l’indépendance et la diversité des médias à l’ère numérique. La Déclaration commune répond à une série de menaces nouvelles et anciennes à l’indépendance et à la diversité des médias, énonçant les normes que les États doivent respecter pour assurer une véritable protection de la liberté de la presse dans le monde moderne.

Ces menaces sont variées et proviennent de différents acteurs: les rapporteurs spéciaux soulignent les déclarations hostiles de fonctionnaires, l’utilisation abusive du pouvoir gouvernemental, les attaques physiques, le harcèlement et l’intimidation envers les journalistes et l’impunité pour ces attaques et les menaces émergentes en ligne. Fait important, la déclaration conjointe reconnaît les défis auxquels sont confrontés les médias dans l’économie numérique et les changements dans les modèles économiques des médias, y compris la nécessité de trouver des moyens de contrer les effets des entreprises numériques.

Les médias indépendants disposant de ressources suffisantes subissent de graves pressions économiques. Les mandats spéciaux soulignent l’importance d’un environnement économique favorable pour les secteurs des médias et des mesures pour soutenir le paysage médiatique diversifié. Il est également opportun qu’ils abordent le rôle des plates-formes en ligne pour faciliter la liberté d’expression et l’accès à l’information, et la nécessité de trouver des moyens novateurs pour contrer les modèles d’affaires numériques actuels.

Rassemblés par ARTICLE 19 et le Centre pour le Droit et la Démocratie, les rapporteurs spéciaux ont publié une Déclaration conjointe sur les défis contemporains de la liberté d’expression chaque année depuis 1999. ARTICLE 19 se félicite de la 20ème Déclaration commune historique, qui énonce des normes importantes dans cette région.

La Déclaration commune de 2018 fournit un ensemble de recommandations aux États pour mieux protéger la liberté des médias à l’ère numérique:

  • Créer un environnement propice à la recherche, à la réception et à la transmission d’informations et d’idées, y compris à travers une législation pleinement conforme aux normes internationales en matière de liberté d’expression; et garantir le respect de l’indépendance des médias et, en particulier, de l’indépendance éditoriale et de l’indépendance des organes de régulation des médias;
  • Veiller scrupuleusement à la promotion et à la protection de la liberté et de l’indépendance des médias pendant les élections, notamment en respectant le droit des médias de se présenter librement pendant les périodes électorales et de critiquer la politique gouvernementale et les personnalités politiques;
  • Protéger les journalistes et autres personnes risquant d’être attaquées pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression, lancer des enquêtes efficaces lorsque de telles attaques se produisent, responsabiliser les responsables et offrir des recours utiles aux victimes.
  • Ne pas exercer de surveillance, notamment numérique, contre les médias ou les journalistes sauf si cela est prévu par la loi et nécessaire et proportionné pour protéger un intérêt légitime de l’État et mettre en place des mesures pratiques et exécutoires efficaces pour éviter d’identifier indirectement des sources journalistiques confidentielles;
  • Mettre en place des systèmes efficaces pour assurer la transparence, l’équité et la non-discrimination dans l’accès des médias aux ressources de l’État, y compris la publicité publique et créer un environnement économique qui soutient un paysage médiatique diversifié. Ils devraient veiller à ce que tous les aspects des marchés des médias, y compris la publicité, la production de contenu et la distribution, fonctionnent de manière équitable et compétitive, protégée contre les pratiques anticoncurrentielles de la part de ceux qui détiennent des positions fortes ou dominantes.

La déclaration conjointe propose des recommandations à d’autres parties prenantes:

  • Les politiciens et les fonctionnaires s’abstiennent de prendre des mesures qui compromettent l’indépendance des médias, en particulier pendant les périodes électorales, telles que s’immiscer politiquement dans les opérations ou prendre le contrôle commercial des organismes de réglementation ou des médias commerciaux, communautaires ou de service public. la pression sur les plateformes en ligne pour s’engager dans la régulation du contenu.
  • Médias et plates-formes en ligne pour prendre au sérieux leur responsabilité de respecter les droits humains, renforcer leur professionnalisme et leur responsabilité sociale, notamment en adoptant des codes de conduite et des systèmes de contrôle des faits et en mettant en place des systèmes d’autorégulation pour les appliquer.
  • Les plateformes en ligne doivent fonctionner de la manière la plus transparente possible, notamment en fournissant aux utilisateurs les outils dont ils ont besoin pour identifier les créateurs de contenus et comprendre leur hiérarchisation (ou leur absence) sur leurs plateformes et soutenir, de manière non discriminatoire et technologiquement neutre, le travail des médias sans influencer indûment ce travail et en respectant l’indépendance des médias, que ce soit en aidant à distribuer du contenu, en partageant des revenus ou d’autres façons.

Les quatre experts internationaux sur la liberté d’expression sont:

  • David Kaye , Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d’opinion et d’expression;
  • Harlem Desir , le Représentant pour la liberté des médias de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe;
  • Edison Lanza , Rapporteur spécial sur la liberté d’expression pour l’Organisation des États américains; et
  • Lawrence Mute , Rapporteur spécial sur la liberté d’expression et l’accès à l’information pour la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples.

Lire la déclaration

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*