Sénégal : La répression meurtrière et les actes de violence lors des manifestations doivent faire l’objet d’une enquête

Suite à la mort tragique d’au moins deux personnes impliquées dans des affrontements avec les forces de l’ordre  à Dakar et Ziguinchor le 15 mai 2023, ARTICLE 19 invite instamment les autorités à protéger les libertés individuelles, y compris le droit de manifester, et à veiller à ce que les responsables répondent de leurs actes.

ARTICLE 19 condamne fermement l’utilisation de la force létale, excessive et disproportionnée, qui aurait entraîné la mort de deux manifestants lors des affrontements qui ont éclaté à la veille du procès dit “Sweet Beauty” impliquant le leader de l’opposition Ousmane Sonko, accusé d’avoir violé Adji Sarr, une ancienne employée d’un salon de massage.

La manifestation a débuté de manière pacifique à la résidence d’Ousmane Sonko, mais a malheureusement dégénéré en violence lorsque certains manifestants ont adopté des comportements violents et ont jeté des pierres sur la police. Les forces de l’ordre ont répondu de manière excessive et disproportionnée, ce qui a conduit à la tragique perte de vies humaines à Dakar et à Ziguinchor.

Pas d’impunité pour les auteurs de violences

Toutes les attaques à la liberté d’expression dans les espaces publics sont préjudiciables à la démocratie et à la cohésion sociale, qu’il s’agisse d’actes de violence commis par des citoyens, de l’usage excessif de la force par les forces de sécurité ou d’autres actes illégaux commis par des agents publics. 

L’impunité pour de tels actes permettra aux autorités de renforcer la répression et de commettre de nouvelles violences – une situation qui met en péril la confiance que les citoyens doivent avoir dans leurs institutions publiques. Il est essentiel de faire la lumière sur ce qui s’est passé dans les deux villes ces derniers jours et d’établir des stratégies de préservation des libertés fondamentales, de l’État de droit et de la cohésion sociale à la lumière de ces informations.

“La justice et la responsabilité sont les piliers qui soutiennent l’engagement d’un gouvernement à protéger ces libertés et à préserver la paix. Face à la répression meurtrière des manifestants, il est crucial de rétablir les conditions d’un espace civique où les individus peuvent exercer leurs droits sans craindre les restrictions et répressions publiques, ni recourir à la violence pour exprimer leur contestation », a déclaré Alfred Nkuru Bulakali, directeur régional de ARTICLE 19 Sénégal Afrique de l’Ouest.

Ces actions sont des étapes cruciales vers la création d’un environnement propice à des élections pacifiques et à la promotion de la démocratie. ARTICLE 19 garde un sentiment d’optimisme quant au fait que les autorités et les acteurs politiques prendront en compte ces recommandations, car leur mise en œuvre a le potentiel de réduire les tensions politiques élevées actuelles dans le pays“, a ajouté Alfred Nkuru Bulakali.

Dans le cadre de son engagement à protéger les personnes et leurs droits, il est impératif que les autorités mènent des enquêtes approfondies et poursuivent en justice les cas de brutalité policière. Toutes les enquêtes doivent être menées de manière juste et impartiale, en tenant les individus responsables de tout acte illégal. En outre, ARTICLE 19 appelle à fournir et à garantir une réparation appropriée aux victimes par la vérité, la justice et la réparation.

Contexte 

Dès les premières heures du lundi 15 mai, des violences ont  été enregistrées  opposant de jeunes et les forces de sécurité dans la ville de Ziguinchor, juste un jour avant le procès prévu entre  Ousmane Sonko, le président du parti politique “Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité” (PASTEF)-Patriotes et Adji Sarr. Des témoignages locaux, ainsi que des vidéos et des images examinées par ARTICLE 19, ont confirmé que les jeunes rassemblés près de la maison d’Ousmane Sonko ont farouchement résisté aux forces de sécurité.

Les forces de sécurité, dans leurs efforts pour contrôler la situation,  ont répondu à cette violence par une  extrême violence, notamment en utilisant des gaz lacrymogènes et des grenades. Différentes sources ont allégué que des armes létales ont été utilisées lors de ces affrontements. Malheureusement, ces confrontations ont entraîné des pertes de vies humaines des deux côtés,  notamment deux jeunes hommes abattus de manière anonyme et un policier accidentellement percuté par un véhicule de police blindé. L’un des hommes décédés a été identifié comme étant Pape Amadou Keita, abattu d’une balle dans la tête dans le quartier de Keur Mbaye Fall à Dakar. Le deuxième, un jeune homme a été découvert dans le quartier de Néma 2 à Ziguinchor, mais n’a pas encore été identifié. Le policier a été identifié comme étant Hassime Diedhiou selon les déclarations du ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome. 

Selon certaines informations, l’autopsie pratiquée sur le corps de Pape Amadou Keita par l’hôpital général Idrissa Pouye de Grand Yoff a confirmé les allégations selon lesquelles il a été fait usage de la force meurtrière pendant les manifestations. ARTICLE 19 n’a pas été en mesure de confirmer cette information. 

Le recours à la force en vertu du droit international

L’utilisation excessive de la force par les forces de sécurité soulève plusieurs questions juridiques concernant le droit international. Les forces de sécurité ont le devoir de protéger la vie des individus. Tant les lois sénégalaises que les normes et principes internationaux relatifs aux droits de l’homme indiquent que l’utilisation de la force lors des manifestations ne devrait être qu’un dernier recours et ne devrait être employée que dans des circonstances exceptionnelles, uniquement lorsque cela est strictement nécessaire pour protéger des vies et dans une proportion strictement nécessaire face à la menace de violence. Les forces de l’ordre ne doivent jamais faire usage de la force létale, y compris des armes à feu, pour disperser une manifestation ou contre des manifestants de manière indiscriminée. Les responsables de l’application des lois doivent toujours faire preuve de retenue. De plus, le droit de manifester et la liberté de réunion, le droit à la vie et le droit à ce que des enquêtes rapides soient menées lorsque ces droits sont attaqués sont tous inscrits dans la constitution du Sénégal.

Il est important que les citoyens puissent exprimer leurs opinions en public, y compris lorsqu’ils contestent, en évitant toute forme de violence envers les biens publics et privés. Les acteurs politiques devraient continuellement remplir leur mission, conformément à la loi, de sensibilisation civique auprès de leurs membres. Lors des manifestations publiques, spontanées ou planifiées, les fonctionnaires administratifs et les forces de sécurité devraient travailler en collaboration avec les organisateurs et les autres parties impliquées pour assurer la protection, la sécurité et la sûreté des manifestants et des autres citoyens. Les médias devraient avoir accès aux manifestations et pouvoir les couvrir sans restriction et sans craindre d’être victimes de violences, bénéficiant de la sécurité assurée par les forces de sécurité et de la collaboration bienveillante de toutes les parties impliquées.

Les autorités sénégalaises doivent garantir ces libertés et droits fondamentaux et assurer la protection de tous les individus. Il s’agit notamment de créer un environnement dans lequel les individus peuvent librement exprimer leurs opinions, se réunir pacifiquement et participer à des manifestations sans craindre de représailles ou de restrictions.

Lire la récente déclaration d’ ARTICLE 19 Sénégal et Afrique de l’Ouest concernant l’escalade de la violence à l’approche des élections de l’année prochaine.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Maateuw Mbaye, Assistant de programme, ARTICLE 19 Sénégal/Afrique de l’Ouest

Courriel : maateuwmbaye@article19.org 

Tél. : +221785958337

Aissata Diallo Dieng, Gestionnaire du bureau, ARTICLE 19 Sénégal/Afrique de l’Ouest

Courriel : senegal@article19.org 

Tél. : +221338690322